Solidarité

  • Le marionnettiste et la poupée

    (Voici un texte que j'ai écrit à Guy, mon kiné du centre où je suis actuellement en rééducation)

    Il était un fois un grand atelier de réparation de poupées cassées. Un jour, quelqu'un dépose sur l'établi de Guy, marionnettiste, un carton. Il l'ouvre et, à l'intérieur, il découvre une poupée toute cassée. Pfff pensa t'il, que vais-je faire de cela ! Je ne fais pas des miracles moi ! S'écria t'il.

    Il regarde la poupée toute cassée. Son visage devient sombre. Elle est toute recroquevillée ; les dessins de son visage ont disparu ; quand il tire sur les ficelles, la poupée part de tous les côtés. Hum que vais-je pouvoir faire avec une telle poupée. Mais Guy est un grand marionnettiste. Il cogite, cherche et des petites lumières commencent à s'allumer dans sa tête. Il commence par changer quelques ficelles et tente de tenir la poupée debout mais elle part encore dans tous les sens. Rires, c'est une vraie poupée de chiffon que j'ai là moi ! Pensa t-il. Quelle drôle de poupée !

    Alors il prend tous ses outils et commence à lui réparer tout doucement les articulations. Il prend un pinceau et commence aussi à lui redessiner les yeux pour lui donner un peu de vie. Elle est tellement en mauvaise état qu'il lui dessine des yeux coquins puis il continue à changer les ficelles qui tiennent sa tête, ses bras, ses jambes...

    Après quelques essais, la poupée se tient mieux debout mais ce n'est pas encore ça. Certaines ficelles sont trop courtes, d'autres trop longues... Alors, il continue ses ajustements. La poupée commence à prendre vie et il lui dessine un joli sourire. Après être restée si longtemps dans son carton, la poupée avait perdu ses couleurs. Maintenant elle est toute habillée de rose, comme un sourire à la vie, comme un bonbon, comme le printemps qui s'annonce.

    Le marionnettiste est tout sourire car la petite poupée est toute souriante. Il ajuste encore les ficelles mais il est content de voir la transformation de la petite poupée. Ce marionnettiste est très grand. Oh oui il est immense alors qu'elle est toute petite. Mais la petite poupée se dit que Guy le marionnettiste est surtout grand par le coeur. Dans son atelier, toutes les poupées vous le diront entre elles. Une belle amitié est née entre le marionnettiste et la petite poupée.

    Colette RICHARD

  • Mobilisation générale pour sauver la Photographie : on continue !

    L’UPC, Freelens et la Saif ont lancé l’appel « Sauvons la photographie » qui a recueilli votre soutien et celui de très nombreux autres signataires. Nos manifestations quotidiennes à Arles durant les Rencontres Internationales de la Photographie ont largement attiré l’attention des médias et reçu un large écho. Le ministère de la culture nous a récemment contactés de façon à « organiser des groupes de travail » autour des problèmes que nous avons soulevés : il semble que l’on s’émeuve maintenant en haut lieu des malversations et autres abus que nous subissons et qui menacent la création photographique dans son ensemble.

    Nous ne sommes évidemment pas contre le dialogue, au contraire nous nous félicitons de ce qui semble une ouverture et un début de réponse à nos signaux d’alarme. Cependant, notre inquiétude et notre indignation sont nourris par une expérience qui nous incite sinon à la méfiance, au moins à la vigilance. C’est pourquoi nous vous invitons à rester la garde haute et à continuer la mobilisation avec nous. La dramatique mise en redressement judiciaire de l’agence GAMMA à la mi-juillet est une nouvelle preuve, s’il en fallait encore une, que nous ne crions pas au loup pour rien !

    Nous sommes déterminés à mettre à plat et au clair des situations inadmissibles : celles-ci doivent trouver des solutions de justice et des réponses dignes dans les plus brefs délais. Lors du très prochain festival Visa pour l’Image à Perpignan, nous serons donc à nouveau présents avec nos mises en garde, nos revendications et notre exigence d’États Généraux de la Photographie. Chaque matin, à partir du mardi 1er septembre, rendez-vous de 9:00 à 10:00 au premier étage de l’hôtel PAMS, dans le patio où nos militants tiendront une table afin de préparer avec vous les actions à mener ce jour-là. L’ordre du jour sera également affiché sur la page d’accueil du site : www.upc.fr

    Chaque soir, du 1 au 5 septembre, et 15 mn après la fin de la projection du Campo Santo, nous organiserons un freeze sur la place du Castillet

    Avec l’accord et l’amitié de Jean-François Leroy, directeur artistique du festival, le soir du jeudi 3 septembre avant la projection, nous formerons sur la scène du Campo Santo une chaîne humaine de solidarité comme nous l’avons fait au Théâtre Antique à Arles. Nous annoncerons la tenue d’un débat de combat « LE POING SUR LA TABLE ! » le vendredi 4 septembre à 10:30 au Palais des Congrès et inviterons le public à nous y rejoindre massivement. Le samedi 5 septembre, le ministre de la culture sera en visite de 16:00 à 22:00. Nous vous ferons savoir sur place l’action à mener ce jour-là.

    QUESTIONS et PRECISIONS IMPORTANTES :

    Pensez-vous être à Perpignan durant cette période ?

    Pensez-vous pouvoir vous joindre à nous ?

    Pourriez-vous apporter votre gilet jaune personnel ? L’investissement doit être de l’ordre de 3€.

    Merci de nous répondre au plus vite sur les points suivants à cette adresse : mobilisation@upc.fr

    Les détails confidentiels vous seront exposés sur place et de vive voix.

    Durant cette période, voici deux n° de téléphone pour nous joindre en cas de nécessité :

    06.83.55.16.65 et 06.25.02.78.17

    Nos photos c’est votre Histoire.

    Et la mémoire, c’est la liberté…

    Protégeons le droit d’informer !

    Chaque photo a un auteur :

    respectez notre signature !

    Dans l’attente de votre prompte réponse et avec notre confiance, nous espérons une rencontre très prochaine avec vous.

    Très cordialement,

    Le Conseil d’Administration de l’Union des Photographes Créateurs
  • Aidons tous Sandrine PERRIN !

    Sandrine PERRIN est une jeune femme formidable qui se bat pour avoir sa place dans notre société.

    Son entreprise :


    Sandrine PERRIN, LA BONNE FEE
    Conseil en image et Communication
    http://www.labonnefee.fr (en cours de réalisation)


    Pour en savoir plus, visitez son blog


    La vie a un sens si l'on tend une main vers l'autre pour l'aider... Et puis ne dit-on pas que l'union fait la force ! Je compte sur vous toutes et vous tous ! Merci d'avance pour Sandrine


    Belle journée à vous
    Bien cordialement
    Colette RICHARD

  • Mobilisation à Arles SUITE - 26/07/2009

    Découvrir la photo en réalité virtuelle avec un extrait sonore des revendications lors de la manifestation place du Forum :
    http://www.katiacollinet.com/upc-arles09-manif.html

    Vêtus de gilets fluo avec la mention DR et tenant des pancartes dénonçant la pratique du libre de droits, les photographes, chaque jour
    plus nombreux, ont défilé quotidiennement de la rue du Dr Fanton jusqu'à la place du Forum. Là, était organisé un freeze de quelques minutes,
    puis explications au public des raisons de notre mobilisation.

    Jean-Francois Leroy, directeur de Visa pour l’Image et François Hébel, le directeur des Rencontres d'Arles étaient parmi nous pour manifester
    ainsi que Harry Gruyaert. Willy Ronis s'est également promené dans Arles avec son gilet fluo DR.
    http://www.upc.fr/actualites.php?actualite=137

    Sauvons la photographie : explications de texte

    Pourquoi cet Appel ?

    Revenons sur les points qui figurent dans notre Appel.
    http://www.upc.fr/actualites.php?actualite=110

    *Rendez-vous à Perpignan en septembre pour continuer la mobilisation ! Parlez-en avec vos ami(e)s, vos consoeurs et confrères : rendons cette
    lutte vivante et permanente jusqu'à ce que justice nous soit rendue. Si vous avez des suggestions, des idées, des slogans, envoyez-les nous
    sur cette adresse mail mobilisation@upc.fr <http://www.xavierzimbardo.com/mobilisation@upc.fr> : ce
    combat est notre affaire à TOUTES et à TOUS !

    Merci d'avance pour le temps de réflexion que vous y consacrerez ! Durant cette période, voici un n° de téléphone pour nous joindre en cas
    de nécessité : 06 25 02 78 17

    XAVIER ZIMBARDO
    Pilote des manifestations pour le Conseil d'Administration de l'UPC
    (Union des Photographes Createurs) www.upc.fr
    http://www.xavierzimbardo.com/www.upc.fr
    Photographe - Auteur
    www.xavierzimbardo.com
    http://www.xavierzimbardo.com/www.xavierzimbardo.com
    Directeur Artistique de PHOTSOC
    Festival International de la Photographie Sociale
    www.photsoc.org http://www.xavierzimbardo.com/www.photsoc.org

  • Les barèmes de l’UPC sont rendus publics

    La profession traverse, chacun le sait, une crise sans précédent qui est aggravée par l’attitude agressive des microsctoks dont les dirigeants ne raisonnent qu’en terme de flux financier. Ils excellent dans les effets de manche pour masquer cette triste réalité aux “amateurs” ou quelques professionnels qui se laissent aveugler par les gourous et autres faiseurs de promesse comme Arcus.

    Il faut avoir passer un certain temps à décortiquer cette logique pour comprendre que les photographes n’ont rien à gagner à déposer leurs images sur ces microstock. Certains l’ont compris, d’autres y restent et deviennent même agressifs avec un égo forgé à de longues heures virtuelles, quand on ose dire du mal de leur pseudo poule aux oeufs d’or. Il paraît que l’on peut soigner cette forme d’addiction où le “contributeur” est esclave de sa propre perte alors que son talent pourrait mieux s’exprimer avec une prise en compte réelle de la valeur de ses photographies et de son travail.

    Récemment, l’UPC a lancé une vaste campagne Sauvons la photographie qu’il faut continuer à faire signer et encourager. Les actions se multiplient comme à Arles. C’est une mobilisation de longue haleine que nous ne saurons gagner seuls et il faut le soutien de chacun.

    Récemment l’UPC a décidé de mettre à la connaissance de tous barèmes 2009 que vous pouvez télécharger ici. C’est un outil particulièrement essentiel dans nos pratiques quotidiennes. Avec ou sans marge de négociation (le plus souvent, cela ne va pas au delà des 10 à 15 % dans ma pratique et, le plus souvent ,les tarifs UPC sont acceptés), ces tarifs indicatifs constituent une base d’échanges et de discussion quand les demandeurs avancent des propositions inacceptables pour ne pas dire méprisables du travail des photographes.

    Je préfère perdre un travail que de brader des tarifs pour une oeuvre de commande ou l’usage de photographies déjà existantes. Je m’adresse en disant cela aux confrères et consoeurs qui cassent systématiquement le marché pour espérer décrocher des commandes. Ils font une erreur car cela se retourne irrémédiablement contre eux. Qu’ils fassent donc leurs comptes : amortissement matériel, charges…

    Source :
    Photo réflexions :  Déclarations d’humeur, d’humour et d’amour d’un photographe
    Agence de presse Images

  • SAUVONS LA PHOTOGRAPHIE

    Pour que la création visuelle continue d’exister et que les Auteurs Photographes puissent continuer à produire des photographies, nous lançons cet appel pour la constitution d’Etats généraux de la photographie.

    Les utilisations massives de photos dites « libre de droits », les photographies à « 1 euro », les photographies signées « DR », la baisse générale des tarifs, les contrats de cession de droits ne respectant pas la loi, la remise en cause par les juges de la qualité originale des photographies, la banalisation de la photographie comme un bien de consommation et les autres atteintes à notre profession doivent être encadrés juridiquement et socialement.

    Ces pratiques abusives génèrent une crise économique sans précédent qui met en péril les auteurs photographes et les agences photographiques qui diffusent leurs images.

    Nous demandons à l’Etat, garant des libertés et de la sauvegarde du patrimoine culturel, de tout mettre en œuvre pour réunir l’ensemble des acteurs de la photographie et trouver des solutions législatives à cette situation.

    L’opinion publique et les représentants de l’Etat doivent prendre en compte cette réalité.

    La France pays inventeur de la Photographie a le devoir de soutenir la liberté de création visuelle et maintenir une activité économique qui concerne des milliers d’emplois utiles à notre société.

    A vous tous qui êtes convaincus de la nécessité absolue de préserver et de protéger les Auteurs Photographes et par voie de conséquence la Photographie, vous pouvez soutenir cette initiative en signant cet appel.

    Si, comme nous, vous souhaitez que les Auteurs Photographiques survivent et que nous ayons toujours des images de qualité, des images d’art, alors signez la pétition et faites connaitre cet appel de détresse autour de vous. Soyez nombreux à rejoindre notre combat pour qu’une profession ne disparaisse pas ! N’attendez pas qu’il soit trop tard !

    Merci à tous
    Colette RICHARD
    La Boutique de Colette